J’ai accouché en chantant ! Mon expérience du chant prénatal

J’ai eu la chance de mettre au monde mon fils en septembre 2020, en chantant ! Après 9 mois à chanter également 😉 Pendant cette grossesse, j’ai découvert le chant prénatal, inconnu je dois bien l’avouer avant d’être enceinte.

Covid oblige, je n’ai malheureusement pas pu assister aux cours collectifs. Mais qu’à cela ne tienne, je l’ai pratiqué toute seule tranquillement chez moi !

J’en parle dans cette vidéo si le format blog ne vous plait pas :

Le chant prénatal : bien-être pendant la grossesse

Je vous ai déjà parlé dans un article des bienfaits du chant sur notre santé et notamment le fait que chanter permet de secréter de l’endorphine, l’hormone du bonheur (rien que ça !). On peut dire que le chant est un anti-depresseur naturel, ce serait bête de s’en passer non ?

Personnellement j’ai fait partie de la team « je ne me suis jamais autant senti bien qu’étant enceinte », mais je sais que la grossesse peut se révéler stressante pour certaines mères. Le problème est quand le stress est transmit au bébé. Il peut être donc tout a fait souhaitable de trouver une préparation à la naissance ludique qui permet d’apporter du bien-être à la mère comme à l’enfant.

Chanter permet donc de se relaxer. Personnellement, j’ai eu quelques craintes pendant ma grossesse, liées au covid19. Pas facile d’être enceinte en pleine pandémie mondiale ! Le confinement ne m’a pas affecté, mais la peur de choper cette maladie ne me rassurait pas… et quand on est enceinte, tout le monde veut toucher votre ventre, etc… ce qui ne m’encourageait clairement pas à voir du monde !
J’ai énormément chanté, et aussi beaucoup développé Georgette Vox à cette époque. Cela m’a vraiment permis de me sentir mieux et de moins penser au contexte sanitaire 2020 !

Chanter m’a vraiment permis de m’exprimer, de mettre des mots sur des émotions, des ressentis… des craintes dont je n’avais pas forcément conscience d’ailleurs !

Comment le chant prénatal m’a permis de communiqué avec mon bébé

L’un des attraits de cette préparation qui m’a beaucoup plu, c’est le fait d’avoir rapidement pu communiquer et sentir mon bébé.

Il est vrai que pour un premier bébé, en général, on ressent les premiers mouvements à partir de 18 semaines. Pour mon cas, vers ses 10 semaines, je chantais une chanson de mon répertoire gospel et j’ai senti comme des ailes de papillon dans le ventre, comme des bulles de champagne ! Pas de doute, c’était Noam qui me faisait coucou ! A cet âge là, il ne devait pas percevoir grand chose, mais surement que l’émotion que je ressentais de la musique et les vibrations ont du lui plaire.

Plus tard, quand je ne le sentais pas trop bouger pendant plusieurs heures et que ça m’inquiétais, il me suffisait de chanter pour le sentir bouger à nouveau !

Un autre avantage au chant prénatal, c’est aussi un fabuleux moyen de rassurer bébé. Dans la voiture ou lors des monitoring, je sentais qu’il était agité. Les vibrations de la voiture ne lui plaisaient pas trop, et le gynéco me disait qu’il était courant lors des monito que les bébé ressentent les ondes et que ça ne leur plaise pas non plus. Dans ces moments, je chantais des chansons graves et ça le calmait presque instantanément.

Mais bien sûr, chanter c’est aussi un très bon moyen, comme je vous le disais plus haut, de mettre des mots sur des ressentis, de faire passer un message, ou même, comme je l’ai fait, d’immortaliser des souhaits pour son bébé

ou aussi, d’extérioriser des « animosités » !!!
J’ai eu pendant ma grossesse un conflit qui m’a beaucoup affecté et perturbé, encore une fois, chanté m’a permis d’extérioriser, de passer à autre chose également, pour finir ma grossesse plus sereinement.

Le chant prénatal c’est vraiment du chant ?

La grande découverte que j’ai faite aussi c’est que le chant prénatal n’est finalement pas très chanté, et ça a été une très grande déception pour moi.

Je m’attendais à beaucoup de chant, à des techniques de chant particulières etc… Finalement, je me suis rendue compte que ces ateliers étaient souvent animées par des sages femmes (mais aussi des professeurs de chant ou musicothérapeutes…) qui avaient fait une formation donc en chant prénatal (jusque là tout va bien) mais qu’il s’agissait plutôt de « son prénatal » que de chant.
Et quand il y avait du chant, c’était bien souvent des comptines un peu (pardonnez moi du terme) niaises… qui personnellement ne me parlaient pas du tout et même m’ennuyaient… je ne me voyais pas chanter ça pendant 9 mois puis après la naissance de mon fils…

Comment j’ai adapté le chant prénatal

Je me suis donc beaucoup documentée pour essayer de comprendre pourquoi, comment… et j’ai finalement mis en place un chant prénatal sur-mesure en fonction de mes besoins et mes envies !

Pourquoi faire des sons tenus ?

On pratique beaucoup de sons en chant prénatal car ces sons trouvent des résonances dans le corps. Pour essayer de vulgariser tout ça, certains sons vibreront plus dans le ventre en fonction de leur hauteur (si les sons sont graves, aigus…).

Il a été prouvé que les sons graves étaient mieux perçus par le bébé in-utero et qu’en plus, ça le rassurait également. C’est d’ailleurs pour cela que la voix du papa est aussi importante, souvent plus grave que celle de la maman, elle calme bien souvent bébé, et cela même après la naissance si le papa lui a souvent parlé quand il était dans le ventre de maman.

Faire des sons tenus, c’est également une bonne manière de travailler la respiration. Cette respiration qui pourra aider la maman à contrôler ou soulager ses contractions, mais aussi l’aider lors de la poussée !
Lors des contractions, faire des sons graves permet de ne pas bloquer sa respiration et de se concentrer sur quelque chose à faire (d’assez simple qui plus est). Les sons graves vont également calmer bébé qui peut être un peu stressé et fatigué par les contractions.
Lors de la poussée, il est prouvé maintenant qu’il faut favoriser une poussée sur des expirations contrôlées plutôt que d’être en apnée. Mettre un son permet ainsi de ne pas bloquer sa respiration et d’accompagner la descente du bébé.
Comme ces sons graves auront été pratiqués depuis plusieurs mois, cela permettra également de rassurer bébé lors de l’accouchement. Des sons familiers qui l’accompagnent vers la sortie !

Bien sur, il existe beaucoup de recherches qui montrent pleins d’autres utilités à l’utilisation des sons graves, mais ce sont ces retours qui m’ont convaincu de l’utilité de ces sons graves dans le chant prénatal.

J’ai donc beaucoup pratiqué des sons tenus pendant toute la grossesse, dès que j’avais une contraction, et cela m’a beaucoup aidé !

Comment le chant prénatal m’a t-il aidé à contrôler mes contractions et la poussée

Comme je vous le disais dans le titre : j’ai accouché en chantant ! Ce n’est pas une blague ahah ! Attention, certains détails de ce paragraphe peuvent heurter les âmes sensibles !

J’avais préparé une playlist avec des musiques qui me plaisaient et que je connaissais bien… essentiellement du répertoire gospel (oui c’est un peu bizarre peut être mais ça me parlait beaucoup !). Et on s’est baladé de salles de travail en chambre à salle d’accouchement avec ma petite enceinte bluetooth et ma playlist spotify… pour le plus grand bonheur du personnel médical qui, je cite, « était ravie de pouvoir travailler en musique et dans une ambiance détendue ! ». Car oui, on était super zen et content !
J’ai perdu les eaux sur Kumbaya pour la petite histoire (nom de ma chorale gospel… où j’ai rencontré mon chéri !) Coïncidence ? Je n’pense pas ! Et Kumbaya veut dire « comme by here » (viens par ici), j’ai trouvé l’anecdote sympa !

A chaque contraction, je faisais un son grave tenu, qui me permettait de bien gérer la douleur.
Mon accouchement s’est fait sur 48h (sinon ce ne serait pas drôle!). Le travail a commencé le mercredi soir, avec une poche des eaux bien fissurée, on s’est rendu à la clinique le jeudi matin et j’ai accouché le vendredi soir.

J’ai énormément chanté pendant ces 2 jours mais aussi et surtout fait des sons tenus graves à chaque contractions. Sons que j’ai également fait pendant les poussées, entre 2 refrains gospel qui me permettaient d’être « bien » !

La sage femme m’a dit que les poussées étaient très efficaces, il n’en a fallu que 2 !
Et j’ai eu de la chance de n’avoir aucune « séquelle » lors du passage de mon fils, la poussée s’est faite harmonieusement, de ce fait le périnée et les tissus autours n’ont pas eu de dégâts. Personnellement, je suis intiment convaincu que c’est grâce à tout le travail autour des sons.

Bien sûr, chaque accouchement est différent et cela dépend aussi beaucoup du positionnement du bébé. J’ai pour ma part eu un accouchement long (48h) mais pas si compliqué que ça une fois qu’il s’était décidé à descendre !!!

Il va sans dire qu’aucune préparation à l’accouchement ne peut vous garantir un accouchement de telle ou telle manière.

Quelles chansons chanter en chant prénatal ?

Nous allons favoriser des chansons faciles à retenir, qui font comme des boucles afin d’être mieux perçues par bébé.

Comme je vous le disais précédemment, en général, on trouve beaucoup de comptines autour de l’attente du bébé etc… Le côté positif des comptines est que la mélodie est souvent simple et donc plus facile à retenir par la maman mais aussi le bébé.

Le truc, c’est que moi ces comptines ne me parlaient ABSOLUMENT PAS ! Au risque de choquer, je les trouvais niaises et je ne me retrouvais pas du tout dans le texte ! Je comprends parfaitement qu’elles parlent à d’autres mamans, il en faut pour tout le monde 😉

J’ai donc cherché, cherché BEAUCOUP ! Et je me suis fait ma petite playlist de chants prénatal qui me parlaient un peu plus… des chansons plus aboutis qui parlent de la maternité comme celles que je vous ai partagé plus haut (demain c’est toi de Zaz), mais aussi des gospel, des chants du monde, etc…

Le mieux reste de trouver des chants « en boucle ». J’ai pour cela beaucoup aimé les chansons de Beautifyl Chorus et notamment Please Prepare Me (version plusieurs voix).

Est-ce que bébé est réceptif à la musique ?

Plusieurs recherchent prouvent que bébé réagit plus quand on chante que quand on parle… notamment pour la voix de la maman !

Dans mon cas, j’ai toujours senti Noam bouger quand je chantais. Et même, au-delà du chant, j’ai appris le piano enceinte et aujourd’hui, les berceuses au piano sont celles qui l’endorment le plus facilement. Il adore les musiques avec du piano !

C’est un bébé qui adore la musique, son visage s’illumine dès qu’on met de la musique dans la pièce, et encore plus quand on chante avec lui. Si en plus on fait des chants signés, alors là, c’est le plus heureux de tous les bébés !!

Lorsque l’on doit faire des soins qui peuvent être désagréables pour lui… on chante et ça passe beaucoup mieux ! Par exemple chez le médecin, j’ai chanté Hakuna Matata pendant ses vaccins, il rigolait et n’a même pas versé une larme ! Le médecin n’en revenait pas !!

Je pense vraiment que le chant prénatal a favorisé ce gout pour la musique et nous a permis de communiquer plus facilement avec notre bébé, de le rassurer quand il y a des moments de stress mais aussi de passer des bons moments autour de la musique tout simplement.

Voilà pour mon expérience personnelle autour de cette préparation.

Depuis j’ai continué à me former sur cette pratique et je propose depuis peu quelques séances aux femmes enceintes désireuses de faire découvrir la musique et le chant à leur bébé in-utero. Pour cela, n’hésitez pas à vous rendre sur mon site pour en savoir plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s